Si vous avez raté la première partie, c’est ici mais en résumé, ce sont 4 jours de bonheur et environ 410 km de découvertes à vélo sur le tronçon Loire à Vélo allant de Saint-Brévin à Orléans, un retour sur cette aventure de 2010 vécue par 11 ami(e)s cyclos et soutenu(e)s par une intendance au top ! Après une journée de repos à Orléans, voici la suite de ce périple, récit de nos accompagnatrices et quelques faits marquants du côté des cyclos.

Deuxième partie : d’Orléans au Mont Gerbier de Jonc

-▼-

Dimanche 20 juin : Orléans – Pouilly-sur-Loire, 139 km.

Rendez-vous : 7 h 30 cyclos et intendance.

7 h 45 interview de la République du Centre ; dommage que sur l’article tous les cyclos n’apparaissaient pas !

Pour le départ à 8 heures, malgré un temps très froid 9° avec du vent, des copains de l’association, sont venus nous accompagner sur une partie de l’étape : Pierre BOULANGER, Maurice COURAULT, Hubert FEBRER, Jacqueline FORTIER et Philippe RATEAU.

 😥 Ça ne va pas dans le peloton ! Comme Francis a changé ses pneus, il a dû laver son vélo et maintenant son vélo couine et agace Josiane et quelques-uns… Il va falloir faire appel à la burette d’huile.

Nous sommes partis pour 125 km !

😥 Lily, Yolaine, Odette et Colette ont eu très froid en attendant les vélos sur le pont de SULLY sur Loire.

Petit arrêt du côté de Saint Gondon où Maurice COURAULT nous a quittés pour rentrer sur Orléans, les autres avaient lâché avant.

Tout le groupe s’est donné rendez-vous à POILLY lez GIEN devant l’entreprise MEYER.

 😥 Une photo a été prise devant la grille, le directeur n’a pu être là, il n’avait pas pris connaissance du mail de Jean-Daniel.

Comme il faisait toujours aussi froid, nous avons décidé de manger au restaurant.

♥ Ce n’était pas facile un dimanche midi pour 15 personnes. Nous avons trouvé à Châtillon sur Loire « la Gourmandise ». Local super pour les vélos, un repas très bien pour une commande tardive, la note un peu salée 20,80 € par personne.

Les cyclos ont repris la route et les accompagnatrices sont allées au vide grenier du village. Démarrage en côte après un bon repas, c’était dur ; heureusement le soleil était présent et le vent favorable.

 😥 Francis trouvait que cela roulait trop vite et il avait raison 23 km/h de moyenne, distance 139 km et 6h 03’ sur le vélo. Il faut dire que le relief a commencé à changer, on aperçoit au loin les hauteurs de Sancerre.

♥ Daniel avait rendez-vous avec un copain de régiment à Léré, on lui avait signé un bon de sortie.

Hôtel « classe », très belles chambres et repas de qualité …

😆 Sauf pour Roger qui n’a eu qu’une petite nouille dans son assiette, il l’avait bien cherché.

♥ Avant le dîner nous avons fait une réunion de débriefing dans la chambre de Lily et Daniel, en fait c’était un apéro et Lily a offert un paquet à celui qui voulait, Tonio candidat curieux, a découvert le contenu : un phallomètre et l’a montré à l’assistance qui a demandé de mesurer mais nous n’avons rien vu par contre Jean-Daniel n’a pas hésité.

-▼-

Lundi 21 juin : POUILLY-sur-Loire – Decize, 90.2 km

Connaissez-vous la particularité de POUILLY, par rapport à la Loire ? Réponse à l’entrée du pont sur la Loire où nous avons vu que Pouilly-sur-Loire est situé à mi-distance :

St BREVIN ← POUILLY sur LOIRE  : 496 km : POUILLY sur LOIRE  → MONT GERBIER de JONC

 😥 On a commencé par huiler les axes de pédales et le dérailleur du vélo de Francis, il n’était pas question de supporter ce bruit tout le long du trajet.

Le temps s’améliore ; au départ des cyclos, il est décidé de faire un pique-nique. Sur le parcours nous sommes allées faire les courses dans la banlieue de Nevers à FOURCHAMBAULT.

A 11h15 intendance et cyclos se retrouvent au BEC d’ALLIER ; très joli point de vue ! C’était trop tard pour un en-cas et trop tôt pour le repas, décision fut prise d’aller jusqu’à Sermaises.

♥ Arrêt au bord du canal latéral à la Loire, table à terre et pas de siège, pique-nique copieux, tomates, melon, salades composées, rôti de porc, chips, fromages, fruits. Passage de bateaux avec des saluts amicaux.

A 14h30 arrivée à l’Hôtel « Le BEL AIR »  à la sortie de Decize, les cyclos sont arrivés peu après.

♥ La chaleur commençait à se faire sentir et les boissons fraîches à la terrasse ont fait du bien. Quelques-uns parmi nous, ont traversé la Loire pour aller voir les installations de la fête de la Musique pendant que les autres sommeillaient ou faisaient semblant de lire.

♥ A 19h repas : petit buffet de hors-d’œuvre, bifteck de charolais extra, pâtes, fromage, glaces ou Paris-Brest. Pas de fête de la musique, trop loin du centre-ville, heureusement, le bruit n’a pas gêné les dormeurs.

 😥 Le confort des chambres était à l’opposé de Pouilly sur Loire, c’était limite, à ne pas conseiller aux amis, à moins de vouloir se fâcher avec eux.

La journée fut calme, petite étape de 90.2 km en 4h07’.

-▼-

Mardi 22 juin : Decize – Roanne, 124 km

Départ à 7h30 pour les cyclos, le défi était d’arriver avant 16 heures pour voir jouer les Français en Coupe du Monde.

♥ Courses faites au Leclerc de Decize : très bien et pas cher : record battu 3,20 € par personne. Salades variées, museau, rosbif, fromage, tartes aux pommes. Toujours le kir pour commencer et le café pour repartir.

Si c’était facile de trouver à manger, ça a été plus dur de dénicher le lieu idéal pour pique-niquer ! C’est à Avrilly sur un terrain avec une table, que nous nous sommes restaurés.

 

Gare à l'arrivée!

♥ Comme il y avait un grand toboggan, Josiane a voulu jouer à la petite fille et nous a fait une belle démonstration.

♥ Des petits malins avaient décidé d’embêter Marcel et voulaient mettre son vélo dans le canal latéral à la Loire. Cette plaisanterie n’a pas plu à Daniel qui a demandé de ne pas pousser le bouchon trop loin.

Vent toujours favorable, beau temps, relief pas trop difficile.

♥ Arrivée à Roanne à 15h00 pour les voitures car Lily avait mis en route le GPS qui nous a conduit à l’Hôtel « Le TERMINUS ». Yvon qui était passé au Tour de France cyclo, a amené le groupe devant l’établissement.

Nous avons parcouru les 124.6 km en 5h28’ à près de 23km/h, tout cela pour voir l’équipe de France de football se faire sortir du premier tour de la coupe du monde !

♥ Les dames ont préféré se promener en ville, pour chercher un restaurant mais elles ont plutôt fait les magasins de vêtements. Pour le repas du soir, nous avions quand même repéré l’Hippopotamus à côté de l’Hôtel.

😆 Avant de nous y rendre et pour fêter la défaite des bleus, rassemblement dans le parc pour un débriefing, et la dégustation de 2 bouteilles de Pouilly offertes par Lily. Nous aurions pu nous faire arrêter, il ne faut pas boire d’alcool sur la voie publique, Roger qui a toujours la solution, a mis les bouteilles dans un plastique et la police qui est passée pas très loin, a pu penser que nous buvions de l’eau surtout que nous avions des timbales dans les mains.

Ensuite repas à l’Hippopotamus où chacun a choisi son menu et a réglé sa note.

-▼-

Mercredi 23 juin : Roanne – Bas-en-Basset, 105 km

Départ 7h40 avec les ballons offerts par le restaurant de la veille, attachés sur certains vélos. Belle rigolade avant d’attaquer les côtes.

♥ Le ballon des accompagnatrices n’est pas sorti du garage, il a préféré se coller au plafond alors que nous le cherchions près des bagages.

 😥 Après avoir fait les courses, nous avons eu beaucoup de difficultés à sortir de Roanne pour retrouver le belvédère que nous n’avons jamais vu à cause du GPS qui voulait nous faire continuer sur la N7 alors que Lily voulait prendre la petite route qui borde la rivière. Enfin, nous étions sur le circuit et nous avons pu admirer le château de la Roche au milieu de la Loire.

😆  Je l’avais dit « la charcuterie et le petit rosé allaient se payer d’ici le Lac d’Issarlès ». Eh bien oui ! La montée au barrage de Villerest a été dure pour tout le monde surtout que nous avions parcouru à peine 10 km. Les cale-pédales ont côtoyé le bitume, les cardiofréquencemètres ont bipé! Déjà certains entraient en conflit avec leur vélo. En arrivant sur le point culminant de Villerest on a entendu une phrase qui reviendra souvent « On n’est pas bien là ! » Imaginez le regard du cyclo qui a son cardiofréquencemètres à 160 et qui entend prononcer cette phrase. Il est fou cet Yvon, il va se faire lyncher !

Côté intendance, nous n’avons rattrapés les cyclos qu’à UNIAS, à l’heure du pique-nique mais rien pour s’installer et c’est un cyclo sympa qui nous a conduit un peu plus loin, jusqu’à une base de loisirs équipée d’une table près d’un étang.

♥ Difficile d’expliquer aux copains où nous retrouver si bien que le cyclo sympa : Christian EYRAUD est allé les chercher et finalement il est resté manger avec nous. Ils étaient prêts à faire grève tellement ils avaient faim, les cyclos ! Heureusement il y avait de quoi les calmer : melon, salades, langue de bœuf en gelée, fromages, yaourts, cerises et café.

L’après-midi 40 km avec des côtes et la chaleur qui commençait, l’eau devenait de plus en plus nécessaire. A Chambles, on était bien ; la visite du village médiéval et cette vue sur les boucles de la Loire, valaient bien cette débauche d’énergie et ces gouttes de sueur.

😆 Oui, j’avais oublié d’en parler. Il faut savoir que depuis l’étape de Saumur, une permanence était ouverte dès l’arrivée d’étape, tenue par Yvon et destinée à ceux qui avaient des doléances à faire connaître. Mais on retrouvait toujours les mêmes autour d’une pression bien fraîche : Tonio, Roger, et Jean-Daniel. C’était un moment fort apprécié !

C’est la deuxième étape la plus longue avec beaucoup de dénivelés. D’ailleurs les triples plateaux ont été sollicités. Tous n’avaient pas la même conception du cyclotourisme … et notre capitaine de route cherchait les mots pour encourager et stimuler la troupe.

A 17h30, les cyclos sont arrivés à l’Hôtel de la LOIRE de BAS-en-BASSET où il faisait bon (altitude 468 m).
A l’arrivée 127 km au compteur et 6h25’ de tours de pédales.

♥ Il y avait un repas dansant du 3ème âge qui se terminait, Marcel en tenue de cyclo, est parti directement sur la piste avec Odette, Josiane s’est fait draguer de même qu’Yvon.

♥ Le repas du soir était très bien : salade avec lentilles, navarin de mouton gratin de pommes de terre fromage, dessert.

♥ Puis tout le monde au lit. Nous occupions des chambres au rez-de-chaussée, avec sortie sur une prairie bien verte et des paons. Le matin, 2 beaux champignons avaient poussé à une porte de chambre, on ne sait toujours pas comment ils sont arrivés là…Colette a soupçonné ses voisins de chambre mais ce ne sont que des soupçons….

-▼-

Jeudi 24 juin : Bas-en-Basset – Le Lac d’Issarlès, 105 km.

Départ 7 h, journée difficile avec côtes et chaleur.

Courses et ravitaillement à Brive Charensac, banlieue de Puy en Velay et pique-nique sur la place de Solignac près d’une fontaine bien fraîche.

♥ Nous avons étalé nos victuailles au pied d’une croix : salades variées sans oublier celle des 2 champignons qui n’a pas eu de succès, (Tonio a fait semblant de vouloir les manger pour faire croire qu’il était innocent), poulet, fromages, tarte et gâteau au chocolat, toujours le kir et le café.

😳 Tonio a eu des problèmes gastriques toute la matinée et en fin de journée, il a lâché les gaz. Tout au long de la randonnée Tonio et Jean-Daniel étaient compagnons de chambrée.

Une dame sympathique a proposé ses WC, une autre nous a dépanné en eau, comme elle ne voulait pas d’argent nous lui avons donné le reste du gâteau ainsi qu’à la dame pipi.

Dur après-midi…

♥ Michel franchissait les côtes en tête, mais son vélo en avait marre.
Au moment de démarrer il a retrouvé son pneu avant à plat. Une fois la réparation effectuée nous avions roulé à peine 3 km que la chambre à air de la même roue a éclaté. Il a fallu procéder à une réparation de fortune sur les conseils du vétéran père Marcel.

C’était la chasse aux robinets d’eau. Le soleil tapait et les côtes de plus en plus pentues n’en finissaient pas.

😳 Roger ne voyait pas les voitures suiveuses et notre ami n’était pas content. C’est ce jour-là qu’il a annoncé qu’à son retour à Orléans, le vélo finirait à la déchetterie … pourtant, « on n’était pas bien là !»

Les cyclos arrivaient à l’Hôtel « BEAUSEJOUR »  les uns après les autres. Au Lac d’Issarlès les compteurs affichaient : 107 km pour 6h21’ de route.

♥ Oui mais il y avait bien la permanence ! Et pour nous désaltérer, Odette a offert à tous, des rafraîchissements avant la douche.

♥ Repas apprécié malgré le service un peu long : entrée, sauté de veau, fromage blanc et glaces.

♥ Promenade au bord du lac avec une belle image de la lune qui se levait puis tout le monde au lit. Les chambres étaient petites mais correctes, elles se trouvaient en rez-de-jardin alors que le restaurant était sur la rue.

-▼-

Vendredi 25 juin : Le lac d’Issarlès – Mont-Gerbier de Jonc – Le lac d’Issarlès, 50 km.

Dernier jour, comme souvent il nous faut libérer les chambres à 10h et mettre les bagages dans les voitures ; juste garder un petit sac dans les 2 chambres réservées pour la douche, au retour des cyclos.

Départ 7h30 pour une trentaine de kms de montées puisque de 1000 mètres, on passait à 1551 mètres … et en plus, une petite surprise, une route en cours de goudronnage.

♥ Les accompagnatrices n’avaient plus de pique-nique à préparer puisque nous déjeunions à l’hôtel avant de rentrer sur Orléans.

♥ En route, nous avons appris que Christiane, qui venait retrouver Francis, avait des ennuis de voiture.

Enfin c’est l’arrivée au Mont GERBIER de JONC ! Ce n’est pas le grand site touristique, seulement quelques marchands ambulants et une ancienne étable transformée en magasin de souvenirs où l’on voit l’eau qui s’écoule dans un ancien abreuvoir. Un peu plus loin, un filet d’eau descend au milieu d’un jardin ; on a du mal à s’imaginer que c’est le début d’un si beau fleuve.

Roger au nom de toute l’équipe, a baptisé la Source de la Loire avec une rasade d’eau de vie de poire d’Olivet et chacun des cyclos en a bu une goutte pour fêter leur réussite. Lily a immortalisé le moment en faisant la photo.

Il fallait redescendre et ce n’était pas une vraie descente, il aura fallu encore grimper quelques côtes.
Heureusement que c’était le dernier jour, la dernière étape et la découverte pour la plupart d’entre nous de la source de la Loire.

♥ Mais pour arriver au Mont Gerbier avec ce peloton étalé sur plusieurs kilomètres, Yvon en a entendu des vertes et des pas mûres. Et pourtant « on n’est pas bien là ! »
Et alors que tout le monde pensait en avoir terminé avec les montées, imaginez les commentaires de ceux qui ont mis pieds à terre !

Au retour à l’hôtel avec près d’une heure de retard sur l’horaire, nous avions parcouru 54.3km et mis 3h47’ … et effectué une moyenne de 14.9km/h ;

Mais qu’est-ce qu’on était bien ! A quand la prochaine ?

♥ Francis prenant une photo du Mont Gerbier de Jonc a dit : « moi, tout ce qui m’a em…… dans la journée, je le prends en photo.

♥ Vers 12h les cyclos sont arrivés, les uns après les autres et ont pu se doucher.
Christiane est également parvenue au Lac d’Issarlès malgré une voiture capricieuse.

Le chauffeur avec la camionnette de l’entreprise Meyer était également là avec la remorque pour reprendre les vélos.

♥♥ Nous commencions à nous installer pour le repas lorsque nous avons vu arriver 4 belles corbeilles garnies de bonnes choses que les cyclos ont offert aux 4 accompagnatrices : Lily, Yolaine, Odette et Colette pour les remercier. Très surprises mais très heureuses, elles ont fait la bise à tous.

♥ Nous avons également félicité Yvon pour tout le travail accompli avant et pendant la Loire à vélo.

Retour sur Orléans où nous sommes arrivés à 21 h, tous très satisfaits de notre « Loire à Vélo ».

Fin.

Colette, Jean-Daniel et Yvon.

Retour sur La Loire à vélo en 2010 – Suite et fin
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.